Le concept de limite et de catégorie en psychopathologie, approche historique et épistémologique (Psychother)

En psychopathologie, le concept de limite concerne d’abord la classification des pathologies mentales et le seuil qui fait passer du normal au pathologique. Selon que l’on considère que la distribution de ces états se présente comme un continuum ou, au contraire, que des limites repérables dans les phénomènes eux-mêmes justifient la constitution de catégories de maladies, on verra dans la classification des maladies mentales un artifice du travail de recherche ou une tentative pour découper les phénomènes au plus près de ce qu’ils sont dans la réalité. Cette question, qui ne concerne pas que la classification des maladies mentales (mais aussi des autres maladies, ou des espèces, par exemple), occupera une partie de notre année de séminaire, et nous la déclinerons selon diverses questions cruciales telles l’entrée dans la psychose ou la limite du handicap mental. Mais le concept de limite a aussi aujourd’hui une autre portée en psychopathologie avec le défi que posent aux psychothérapies les « cas-limite » ou le « fonctionnement limite ». D’abord considérés comme aux limites de la névrose et de la psychose (dans le premier sens abordé ci-dessus de ‘limite’), ces troubles de la personnalité se sont apparemment si développés qu’ils nous inciteront à nous poser aussi des questions d’ordre anthropologique.